En compétition, le ski alpin s’articule autour de six disciplines. Ce sont des épreuves de techniques ou de vitesse programmées dans différents championnats et même aux jeux olympiques d’hiver. Quelles sont ces disciplines ?

La descente

Épreuve phare du ski alpin, la descente est incontestablement l’épreuve de vitesse la plus impressionnante. Ici, les skieurs peuvent atteindre des vitesses de pointe de 160 km/heure! Et on ne parle plus des sauts vertigineux et des courbes très engagées.

Le Super-G

Il s’agit d’une autre épreuve de vitesse, se situant entre le Slalom Géant et la Descente. Elle nécessite plus de technique que la descente puisque le dénivelé est plus court et les piquets sont plus rapprochées. Ceci dit, il reste plus rapide que le Slalom Géant.

Le Slalom

Également appelé Slalom Spécial, le Slalom est une discipline très technique du ski alpin. Ici, les piquets sont plus proches les uns des autres et les virages se succèdent, vous obligeant à faire face à des changements de direction très rapides.

Le Slalom Géant

Voici l’épreuve technique la plus rapide. Le circuit est très sinueux, tandis que les piquets rapprochées à franchir sont encore plus nombreux que pour le Slalom normal.

Le parallèle

C’est une nouvelle discipline du ski alpin qui se veut être spectaculaire. Ici, les compétiteurs devront s’affronter en duel, suivant deux circuits identiques et en parallèle.

Le combiné alpin

Cette discipline est composée d’une manche de descente ou de super-G, puis d’une manche de Slalom. La durée des deux manches est additionnée pour obtenir le classement final. C’est la polyvalence des participants qui est mis en avant dans ce type d’épreuve.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *